Extrait 1 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 2 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 2 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 3 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 4 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 5 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 6 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 7 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 8 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 9 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Extrait 10 du spectacles : Arlequin muet par crainte
Mardi 26 mars

Arlequin muet par crainte

"Le muet par crainte" est l’un des canevas les plus représentés dans le Paris du début du 18e siècle, ici proposé pour la première fois à notre époque contemporaine. Un grand hommage à la Commedia dell’Arte.

Représentations

Le mardi 26 mars 2024
à 20h

La pièce

Spectacle en italien surtitré en français La trame est celle « classique » de la Commedia dellArte, avec un amour contrarié, les lazzi et les improvisations laissées aux personnages et aux masques qu'ils portent sur scène. Ici le jeune Lelio, ayant quitté Venise et arrivé à Milan, prétend obtenir justice. Dans sa patrie il est tombé follement amoureux de Flamminia, fille de Pantalone De' Bisognosi, qui le lui rend bien. Mais le père de la jeune fille l'a déjà promise à Mario, fils de Stramonia Lanternani, riche marchande d'étoffes, même si le jeune Mario aime Silvia, jeune femme énergique et déterminée. Voilà la raison de l'arrivée de Lelio à Milan : ramener à la raison Mario et sa mère Stramonia, ou, dans le pire des cas, provoquer le jeune homme en duel. La nouvelle aurait dû rester secrète, mais Arlequin, serviteur de Lelio, à peine arrivé en ville, la raconte à chaque personne qu'il rencontre. Pour le réduire au silence, son maître lui joue un tour : il lui fait croire qu'un démon omniscient a été fait prisonnier dans sa bague. Si Arlequin parle, le démon le dira à Lelio et le serviteur sera décapité. Arlequin donc décide de s'enfermer dans un silence religieux, devenant muet… par crainte !

Le mot du metteur en scène

Un théâtre populaire, mais riche d’idées, dans lequel la tradition de la Commedia dell’Arte est démontée et remontée avec les instruments d’interprétation et de lecture du XXIème siècle, un spectacle dans lequel jeu, invention, amour, peur et drame se mélangent, dissimulés par les grimaces immuables des masques et par l’habileté des interprètes. Un « canevas moderne », pour utiliser les mots de Eugenio Allegri, à qui a été dédiée la première, qui va « à la recherche de sa propre origine, de sa propre histoire, de son propre présent pour retrouver la ‘mémoire active’ d’un discours sur le théâtre et, à travers le théâtre, d’un discours sur la société. » Une trame dans laquelle les intrigues s’enchevêtrent, prises au piège des malentendus, mais qui lentement se démêlent entre les doigts des personnages. Et si ces fragiles évènements, qui se déroulent dans un monde surréaliste et fantastique, écho d’une splendeur théâtrale italienne des temps passés, réussissent encore à nous arracher un sourire, peut-être qu’à cet instant précis pourra renaître la poésie du théâtre, silencieuse et muette depuis trop longtemps.

En vidéo

Image
Bande annonce de : Arlequin muet par crainte

Dans les médias

« Arlequin bouleversant entre Commedia dell’Arte et réinterprétation moderne “Un spectacle subtil dans la mise en scène et ironique dans ses intrigues et clins d’oeil, au rythme toujours vif. Excellent casting d’acteurs. »
L’Arena, Alessandra Galetto
« Excellent travail de Stivalaccio, tout comme la recréation dramaturgique et la mise en scène de Marco Zoppello, qui brille par sa justesse. »
Il Giornale di Vicenza, Antonio Stefani
« Le spectacle est un vrai plaisir, digne des grands, mise en scène subtile, un mécanisme d’horlogerie parfait que les comédiens talentueux affrontent avec courage, exposant leurs doutes respectifs »
Sipario, Francesco Bettin
« L’Arlequin du Stivalaccio continue de parler aujourd’hui . En regardant les Stivalaccio on a toujours la sensation que, creusant au-delà de la surface dorée des costumes soignés, il y aura toujours quelque chose qui pourra parler à l’homme contemporain »
Recensito, Tommaso Chimenti

Équipe artistique

Inspiré du canevas Arlequin muet par crainte de Luigi Riccoboni. Écriture et mise en scène Marco Zoppello. Avec Sara Allevi, Marie Coutance, Matteo Cremon, Anna De Franceschi, Pierdomenico Simone, Michele Mori, Stefano Rota, Maria Luisa Zaltron, Marco Zoppello. Scénographie Alberto Nonnato. Costumes Licia Lucchese. Création lumière Matteo Pozzobon, Paolo Pollo Rodighiero. Masques Stefano Perocco di Meduna. Combats scéniques Massimiliano Cutrera. Création musicale et conseils Ilaria Fantin. Maquillage et coiffure, Carolina Cubria. Assistante mise en scène Francesca Botti. Assistante création masques Tullia Dalle Carbonare.  Production Stivalaccio Teatro en coproduction avec Teatro Stabile di Bolzano, Teatro Stabile del Veneto, Teatro Stabile di Verona. Avec le soutien de la Fondation Teatro Comunale Città di Vicenza, Fondation Teatro Civico di Schio

Prix des places & réservation

Tarifs Cat. 1 : 20 € / Cat. 2 : 15 €. / Cat.3 : 8€
Infos et réservation : au guichet du théâtre, 78 bis boulevard des Batignolles 75017 Paris (ouvert le lundi et mardi de 11h à 18h, du mercredi au samedi de 13h à 20h, le dimanche de 13h à 18h. Fermeture estivale du 30 juillet au 5 septembre inclus), par téléphone au 01 43 87 23 23 et sur notre billetterie en ligne.

Nos autres spectacles

Restez informés de l’actualité du théâtre Hébertot !